Voleuse d’images

Posté par aloha le 14 décembre 2019

Chroniques félines

78813086_2508736206006093_333899347525632_n

 

 

78548761_2650384351749698_5937839222122610688_n

 

78690318_2647516455369821_6000813681884004352_o

78561197_1532130980274831_9075840060561031168_n

79129946_3251252468223170_265394988521619456_n

 

80005876_2651357118319088_8699095158672588800_n

72088365_10217560997151392_4638634928165093376_n

Publié dans Amimaux | Pas de Commentaire »

Mais où va le monde

Posté par aloha le 14 décembre 2019

76713914_1218444735007501_7240707578450149376_n

 

 

 

79088501_1210202369165071_5940487808194969600_n

 

79133589_2502020560039532_5712189534540660736_n

75285819_1202127293305912_8821017288657338368_n

 

79183777_10158572255587573_1403122114310963200_n

66596356_1101459710039338_3531995531578441728_o

Publié dans Point de vue | Pas de Commentaire »

En deux temps

Posté par aloha le 14 décembre 2019

 

77396960_2685551688189114_4230969122193670144_o

 

Temps lent,

 

Date réelle : 14 décembre

Date ressentie : 38 décembre

« 

..

…. »

Le plus important n’est pas de perdre la guerre mais de gagner la paix.

 

A

Publié dans Point de vue | Pas de Commentaire »

Dérision

Posté par aloha le 4 décembre 2019

« Un économiste est quelqu’un qui voit fonctionner les choses en pratique et se demande si elles pourraient fonctionner en théorie. »

Stephen M. Goldfeld.

 

« Depuis que je sais que je vais mourir, la vie ne me fait plus peur. »

A

79381315_2420941308236422_36551808071499776_o

 

 

 

Publié dans Citations | Pas de Commentaire »

Photo de famille

Posté par aloha le 17 septembre 2019

Extrait « Photo de famille » 
Film réalisé par Cécilia Rouaud

 

L’histoire d’une fratrie, son lot d’enterrements. de séparations, de projets, de regard tantôt drôle et poignant sur la vieillesse, de vies si différentes et unies par la même enfance, ou presque.

La profondeur des sentiments de V. Paradis un peu perdue, dévouée à son enfant, se dépassant pour lui, montrer le chemin, le punch de C. Cottin, brillante, volontaire, énergique et frustrée dans son désir de maternité, le décalage introverti de P. Delalonchamps, génie pour qui les relations sociales sont compliquées, à la mère,C. Laubry, psy présente et bienveillante mais à coté de la plaque et le père soigneusement interprété par JP Bacry, le casting fait carton plein. 

On pourrait se méprendre en banalités et c’est pourtant dans la somme de celles-ci, cette retenue du scénario, la délicatesse des interprétations, que le film s’entremêle si bien à nos réalités, à la fois drôle et saisissant.

624aa7e8-6eea-45fb-bfea-722284f2c296

Gabrielle s’adressant à son enfant:
« - Je suis avec lui, mon fils, jour et nuit, je l’ai emmené à l’école tous les jours de sa vie et je suis venue le chercher tous les jours aussi. Depuis toujours. Je vis pour ça, pour qu’il ait une vie stable. Je suis là, je ne bouge pas. Je ne bouge pas comme ça il sait toujours ou me trouver.  

 

Mao et le fils de Gabrielle:
« - Je peux te raconter un truc ? Tu sais quand elle était petite elle a déménagé..
 - Non pitié pas les souvenirs d’enfance
 - ..avec mon père et Elsa. Et euh elle arrive dans une école ou elle ne connaissait personne.
 - Et ?
 - Et elle s’est présentée comme déléguée de classe. Ils ont voté, elle a eu zéro voix.
 - Bah c’est normal si elle connaissait personne
 - Zéro voix p’tit con, ça veut dire qu’elle n’a même pas voté pour elle. »

 

 Mao en séance chez la psy:
« - Quand j’étais petit je parlais pas. Enfin j’avais arrêté de parler pour stresser ma mère. Elle était chiante elle voulait tout le temps qu’on parle. Elle est psy. Du coup je parlais qu’à John, mon ourson, puis quand il est mort j’ai recommencé à parler.
- Qui est mort ? 
- Mon ourson 
- Les oursons ne peuvent pas mourir vous le savez ça ? 
- Ah si si. Dans ma famille tout le monde peut mourir même les peluches. On l’a enterré avec ma mère dans le jardin et une amie à elle qui avait une pelle. »

 

https://www.youtube.com/watch?v=Jta56wBl7SM

 

NB : Le train continue sa course, je ne compte plus les gares que j’ai laissé passer, les yeux rivés vers ce changement constant, je dessine nos possibles à la buée sur la fenêtre. Parfois je fais croire au temps qu’il a gagné, mais là ou je t’aime il est hors de portée.   
A.
 

Publié dans Extraits livres, films | Pas de Commentaire »

123456...49
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus